Operation Tea For Two
Operation



ACTU

August 15, 2013

Du Regard à la Cigarette : Ces Faits Divers que la France ne Comprend Pas

More articles by »
Written by: admin
Tags: , , ,

La recherche Google: « agressé pour une cigarette » donne près de 3 millions de résultats. Si on remplace « une cigarette » par « un regard », nous ne sommes pas loin de 18 millions de résultats. Même si ces statistiques sont un peu à l’emporte-pièce, elles révèlent tout de même des faits nombreux et fréquents. Beaucoup de sites internet en parlent, signe d’une inquiétude grandissante.

Si on lit les articles de presse relatant ces agressions, il y a un élément dominant : les agresseurs sont le plus souvent issus de l’immigration. Pour être plus précis, ils viennent eux, ou bien leurs parents du Maghreb. Les immigrés originaires du reste de l’Afrique ne semblent pas participer à cette criminalité ou dans une moindre mesure.

Voici quelques clés pour comprendre ce phénomène.

Au Maghreb, fumer est considéré comme un acte impur qui s’accompagne de certaines règles sociales différentes de celles en vigueur dans la majorité des pays occidentaux. Par exemple :

–         Il est permis de fumer dans la plupart des lieux publics

–         Les femmes ne fument pas. Celles qui le font, ne fument jamais en public.

–         Un jeune ne fume jamais devant une personne plus âgée

–         Un homme, même âgé, ne fume jamais devant sa mère ou son père

–         Un homme ne demandera jamais une cigarette à son père, son frère ainé ou en général, toute personne manifestement plus âgée.

–         On ne demande jamais une cigarette à un supérieur hiérarchique

–         On ne fume pas devant un imam

–         On ne fume pas devant une mosquée ou dans un cimetière

 

En Algérie, quand mon père – un homme âgé – sort de la maison, les jeunes du quartier le saluent poliment. Ceux qui fument cachent discrètement leur cigarette. Dans le même ordre d’idées, quand on passe devant une maison où il y a des funérailles, on éteint ou on planque sa cigarette par marque de respect.

 

Le fait de fumer est socialement acceptable au Maghreb mais frappé par énormément de règles.

Comment demande-t-on une cigarette en Algérie ?

–         Pardon mon frère, tu as une cigarette pour moi ? Hachak mon frère.

–         Oui, tiens. Tu veux du feu aussi ?

–         Oui, merci mon frère. Hachak.

Le mot « hachak » veut dire «  sauf ton respect ». Il est de bon temps de le placer une fois ou deux dans la conversation. La personne qui demande la cigarette doit manifester un grand respect envers son interlocuteur. Ces règles de bienséance sont applicables – mais plus souplement – même si les deux personnes se connaissent. Et encore une fois, on ne demande des cigarettes qu’à des males de même âge – ou plus jeunes – et de même condition sociale.

Ces précautions sont justifiées par le fait que fumer est un acte impur et demander une cigarette est faire participer l’autre à un tel acte.

Hors de ce contexte, la demande de cigarette est – en soi – une insulte. Demander du feu pour allumer une cigarette qu’on possède déjà est soumis aux mêmes contraintes. Par contre, on peut demander l’heure, son chemin, de la monnaie sans précautions particulières. Ceci montre que la cigarette a un statut spécial.

 

L’Immigration en France

En termes d’immigration, la France est la poubelle du monde et ce n’est pas le Front National qui le dit. Cette affirmation est un lieu commun dans toute l’Afrique. Sur ce continent, l’émigration – fuir, partir définitivement – sont des thèmes récurrents. En résulte naturellement un classement des destinations selon la difficulté d’obtenir un visa, les possibilités d’insertion sociale et professionnelle, l’attitude des habitants vis-à-vis des étrangers… etc. Ne lisez pas ce qui va suivre si vous êtes Français : l’Allemagne est considérée comme un pays difficile à cause de la langue et de l’hostilité des habitants, l’Autriche c’est l’Allemagne en puissance dix, le Canada est mal coté à cause de son climat froid et la France c’est la poubelle du monde.

Ce terme de « poubelle » renvoi à un autre concept utilisé de manière très libérale au Maghreb et en Afrique : celui de « déchet ». On utilise ce terme entre nous pour designer des gens sans scrupules, sans valeurs et sans intelligence aucune. Ils détruisent tout ce qu’ils touchent et là où ils arrivent, les habitants d’origine commencent à fuir devant la dégradation immédiate de la qualité de vie. Incapables au sens le plus large du mot, ils ne peuvent vivre que d’assistanat. Et pendant que leurs voisins vont au travail pour les nourrir par leurs impôts, leurs enfants brulent leurs voitures et leur jettent des ordures.

Nous n’utilisons pas le mot déchet pour les insulter, mais pour les décrire. Le déchet va usuellement à la poubelle. Comme la France est l’Eldorado de l’assistanat et l’impunité, il est donc naturel qu’elle attire ce genre de clientèle qui devient « une chance ». Ce pays est champion en inversion de valeurs.

Beaucoup d’émigrés avec un bagage professionnel et intellectuel évitent la France. Ils connaissent le climat malsain qui y règne. Ils savent que le travailleur honnête payera des taxes, dormira dans un taudis et vivra sans papiers alors que le déchet qui crache sur la France sera vite naturalisé.

Il y a des immigrés de qualité en France mais eux-mêmes, après un parcourt difficile pour s’insérer, vivent mal les choix d’immigration de ce pays. Il est pénible de devoir prouver chaque jour qu’on est « hors système » et qu’on ne vient pas dans le cadre de la déchèterie à ciel ouvert.

 

L’Agression Demande de Cigarette

L’agresseur psychopathe – issue de l’immigration-déchet – demande une cigarette. La démarche est déjà une insulte dans le code de l’agresseur mais la victime l’ignore à ce stade. C’est équivalent à un insulter une personne dans une langue étrangère.

Le deuxième but de l’intervenant est aussi de sonder sa victime et évaluer si c’est une cible qui comporte des risques.

Enfin, le dernier objectif est de tester la soumission de la victime. Si celle-ci donne une cigarette de manière soumise, l’agresseur peut aller plus loin et lui demander de l’argent, un objet de valeur ou des faveurs sexuelles. Selon sa disposition du jour, l’agresseur peut aussi se contenter de la cigarette et les choses s’arrêtent là. Mais la victime est repérée et sera régulièrement « taxée » jusqu’au jour où on lui demandera plus encore.

 

Le refus

Dans le monde du psychopathe, les autres ne sont vus que comme des moyens de satisfaire des besoins ou des obstacles à ces mêmes besoins. Toute personne qui ne reconnait pas le royaume du psychopathe et ne se plie pas à ses intimidations, est vue comme un obstacle à détruire.

Ici, le terme psychopathe est utilisé dans le sens clinique. C’est-à-dire que le sujet est médicalement psychopathe si on se réfère aux critères de liste PCL-R du docteur Robert Hare. Cette liste est utilisée comme un outil de diagnostic clinque de la psychopathie surtout chez le sujet male délinquant.

Le refus de la cigarette est vécu comme une rébellion d’un sujet qui – dans le monde du psychopathe – doit se soumettre totalement. La victime est donc insultée et – selon l’opportunité – agressée physiquement.

Ceci permet au psychopathe d’affirmer son autorité. Il aura la réputation de massacrer à mains nues toute personne qui lui refuse quelque chose d’aussi insignifiant qu’une cigarette.

Voici un exemple: Il a été agressé à Nice. Il porte 2 cicatrices sur le visage. Une de 4 cm et l’autre de 10 cm. Ils attaquent au rasoir parce qu’il est réputé laisser des blessures moches qui guérissent en cicatrisant de manière visible. Le visage pour que la personne se souvienne jusqu’à sa mort qu’elle leur a un jour refusé une cigarette. Et comme il le dit si bien maintenant : pas facile de trouver un boulot avec ma gueule. [source]

Le Regard

Le regard est à classer dans la même catégorie que la cigarette. Le psychopathe exige des Français une soumission totale et absolue. Celle-ci doit se traduire dans l’attitude corporelle de dominé : le dos courbé, la voix basse et le regard baissé.

Vous êtes perçus comme du bétail et si vous faites le moindre geste pour contrarier cette vision, vous risquez l’agression.

 

Adaptation des Lois

Savez-vous en Tanzanie on tue les albinos parce qu’un bras d’albinos peut-être vendu à plus de 2000 dollars ?

Si un pays a quelques immigrés tanzaniens bien intégrés, il n’y a rien de spécial à faire. Les lois génériques qui protègent la vie humaine suffisent. Par contre, si des masses de gens sont importés de Tanzanie et déversés dans des cités, leur intégration est – par définition – impossible. Dans ce cas, il faudrait passer des lois spécifiques pour protéger les albinos des abus et autres crimes.

Pareil en France mais là il ne s’agit pas de problèmes de Tanzaniens. La France a causé un désastre social et humanitaire dont elle est la première victime. Par un filtrage inversé d’une immigration massive – le pire est accueilli – elle a créé des zones  ingérables. Certains commentateurs disent « Marseille c’est Alger ! ». On ne peut plus faux. Si l’immigration avait été aléatoire, Marseille aurait pu être Alger, mais – encore une fois – dans la majorité des cas, c’est les pires qui ont été sélectionnés. Marseille serait plutôt la rue la plus infréquentable d’Alger transformée en ville. C’est-à-dire que les voyous psychopathes ont atteint un volume critique leur permettant de contrôler des villes et les mettre à feu et sang à la moindre contrariété.

En interdisant la burqua, le législateur français a fait un pas dans le bon sens. Il a compris qu’en important des populations aux problèmes spécifiques, il faut des lois spécifiques. Maintenant, cet élan s’est arrêté là. Pourquoi à Trappes ou ailleurs on réagit si brutalement a cette  loi ? Ce n’est pas tant pour défendre la burqua que pour terroriser le législateur et éviter qu’il n’aille plus loin avec des lois encore plus précises visant les problèmes de la communauté maghrébine en France.

Alors que la burqua si peu répandue a eu sa loi, le phénomène de la hoggra, plus courant encore doit avoir les siennes. La hoggra c’est : je t’agresse gratuitement parce que je peux. C’est l’agression pour humilier. Elle ne sert qu’à donner à l’agresseur une gratification personnelle et un sentiment de supériorité. D’abord, connue sous une forme très marginale dans les sociétés du Maghreb, aujourd’hui elle en est la gangrène. Ces sociétés évoluent avec une religiosité hystérique et expressive de surface, mais le fond est purement matérialiste. Les plus forts écrasent les plus faibles. Au départ pour les spolier de leurs biens et de leurs droits : je te bouscule et je prends ta place dans la file, je construis sur ton terrain et tu n’as pas les moyens de me trainer au tribunal, je dépasse dans un virage et je t’allume les phares pour te pousser de la route : va au platane ! Meurs pour me permettre de rouler comme je veux ; tu veux toucher ta retraite ? Je te prends une partie sinon l’ordinateur est en panne…

La hoggra est souvent utilisée improprement comme une agression dont le but permet l’obtention d’un avantage quantifiable. Mais ce n’est pas sa vocation première : la vraie définition du mot c’est l’agression totalement gratuite.

Avec la structure sociale d’aujourd’hui, les gens qui travaillent et ont une assise familiale équilibrée font – en moyenne – moins d’enfants. En effet, ils ne font que les enfants dont ils peuvent raisonnablement s’occuper et assumer sur tous les plans. On parle ici des plans financiers, affectifs, organisationnels… etc. En même temps, combien d’enfants font des familles pathologiques et totalement déstructurées ? Elles n’ont aucune limite. C’est l’Etat qui prend en charge. Pour l’éducation, les enfants sont jetés à la rue dès le plus bas âge – dès qu’il peut marcher – et y restent jusqu’à tard le soir. D’ailleurs, en France des Préfets se sont rendus compte du phénomène et il y a eu des velléités de couvre-feu pour les ados et les enfants. Mais le fait est que ce sont ces familles dysfonctionnelles qui participent le plus activement à la démographie. Pendant ce temps, les autres familles travaillent et se stérilisent pour financer cette démographie.

La France doit se rendre compte de cette problématique et s’y attaquer en première priorité. Autrement, elle sera condamnée à voir ses enfants tomber sous des couteaux, ou se faire massacrer à mains nues pour des cigarettes, des regards ou même pour rien du tout.

Collectivement, les Français ont aussi une responsabilité importante. Ils ont pendant plus de 40 ans voté pour des partis qui supportent clairement ce type d’immigration. Ces partis minimisent ces crimes et prennent même des dispositions pour relâcher les agresseurs au plus vite.

Que dire ? La prochaine fois qu’on vous demande une cigarette, donnez-la et quittez la ville.

 






 
 

 

Le Français abattu semait la terreur à Bali

Dans les semaines avant la fusillade mortelle, les habitants de la région de Badung au sud de Bali exprimaient leur inquiétude sur les réseaux sociaux. Les journaux locaux avaient publié des articles au sujet de ce Françai...
by admin
0

 
 

92% des Saoudiens estiment que Daesh est en conformité avec les valeurs de l’islam

Dubai – “Raai al Yaoum” – Un sondage réalisé sur les réseaux sociaux a montré que 92% des Saoudiens estiment que l’organisation Daesh / ISIS “est en conformité avec les valeurs de lR...
by admin
0

 
 

Un migrant massacre un couple en Italie

Un crime sordide a eu lieu dans la ville de près Catania en Sicile. Un demandeur d’asile de 18 ans, Mamadou Kamara, a égorgé un homme de 68 ans et  de violé sa femme de 70 ans [source]. Cette dernière a trouvé la mort ...
by admin
7

 

 

Pour ne pas passer pour un raciste, un policier se laisse massacrer

Un officier de police de Birmingham, Alabama, a préféré se laisser désarmer et passer à tabac par un suspect que de se defender et passer pour un raciste. D’après CNN, l’officier avait arrêté un véhicule avec deux ...
by admin
3

 
 

Allemagne: jupes interdites pour cause de réfugiés

La logique migratoire en Europe, veut que la société d’accueil change immédiatement pour s’accommoder aux valeurs des nouveaux arrivants. Voici une petite venant d’Allemagne où des réfugiés syriens musulmans débarq...
by admin
42

 

 

GPA: Le Sort des Bébés Invendus

Ou les Horreurs de la GPA Commerciale La marchandisation des enfants donne des situations dramatiques. Elles sont assez prévisibles si on compare avec des situations parallèles dans le domaine du commerce habituel. Imaginez q...
by admin
2

 
 

Asile: l’Australie négocie avec l’Iran pour qu’il reprenne ses ressortissants

Les autorités australiennes, sous la houlette de la ministre des affaires étrangères – Julie Bishop (en voile) – viennent de rencontrer une délégation officielle venue d’Iran. La négociation porte sur l’immigratio...
by admin
1

 

 

Que fait-on du chargement quand on trouve des migrants dans le camion ?

Que doit-on faire avec la nourriture que transportent les camions où on trouve des « migrants » ? Chaque jour, la police découvre des clandestins dans des camions à destination de l’Angleterre. Ils profitent du moindr...
by admin
0

 



27 Comments


  1. Dominique BAUDINAUD

    Très bonne synthèse Aldo … une nouvelle fois tu frappes juste dans ce que tu évoques.


  2. CC

    Je viens de lire ta belle prose qui sonne si juste comme toujours. Souvent il faut etre etranger a une culture pour en observer les faiblesses, et avoir l’honnetete de critiquer la sienne.
    Je vis a paris dans un petit 2 pieces, je travaille, je nouris la racaille avec mes impots et taxes diverses, je m’interroge sur l’oportunite d’elever un enfant dans cette societe malsaine, et je reve d’emigrer au japon ou dans toute autre nation civilisee ou le respect d’autrui et de soi meme soient encore garantis.
    J’execre depuis longtemps mon pays de vaux lobotomises mais bizarrement, grace a toi, tout recemment, je commence a avoir de la tendresse pour ma culture d’origine, francaise et chretienne, que je n’avais jamais eu l’habitude de revendiquer avec fierte auparavant. Je me sens de plus en plus motive pour tenter de la defendre, s’il en est encore temps, contre ce crime d’etat qui est en cours depuis quelques decenies. Signe peut etre que la guerre approche, et que je prends conscience qu’il va falloir vraiment choisir son camp.


  3. charino

    Tout d’abord je voudrais dire que je trouve l’ateur de cet article très intéressant et même assez sympathique.

    Cependant je me sens obligé de réagir. et ce car je suis persuadé du niveau intellectuel élevé d’Aldo Sterone.

    Pour commencer, la forme:
    tu commences (je me permets de te tutoyer dsl si fallait pas) par tout un tas de généralités, ârfois un peu vraies, parfois moins:

    *”Si on lit les articles de presse relatant ces agressions, il y a un élément dominant : les agresseurs sont le plus souvent issus de l’immigration”
    -> donc tu as l’air de croire que les journalistes ont une attitude statistiquement objective? Peut-être que c’est vrai, mais en tout cas tu n’as pas du tout l’air de t’interroger sur ce fait, tu préfères l’interpréter comme une vérité… Quand bien même ça serait le cas, je trouve personnelement que tu abimies ici ta crédibilité…
    *”Les immigrés originaires du reste de l’Afrique ne semblent pas participer à cette criminalité ou dans une moindre mesure.”
    -> là c’est bas, désolé mais à partir de ce moment tu n’es plus du tout crédible: pour faire simple tu compares ici les descendants d’immigrés d’afrique “noire” à ceux d’afrique du nord, mais le gros problème c’est que ce n’est pas du tout comparable, alors que les “arabes” sont dispersés dans toute la France (même des coins paumés, d’ailleurs ça m’a toujours choquer, comment des immigrés peuvent-ils se retrouver dans des coins que mêmes les “français” ne connaissent pas…). Les arabes sont là depuis bien plus longtemps, la plupart sont arrivés dans les années 70, alors que les immigrés noirs sont eux arrivés beaucoup plus tardivement. De plus, je ne comprends pas un truc, tu as apparaent vécu en France, tu as peut-être remarqué plus les kayras taxeurs de clopes arabes, mais ça devait être parce tu es arabe, car ce fléau est malheureusement bien partagé… Tu devrais peut-etre te renseigner un peu auprès de tes amis vivant en France, surtout à Paris (car dès que tu sors de la région parisienne y a presque plus de noirs), si ce monopole afligeant est vraiment détenu par ces “arabes”. Y a peuyt-être plus d’arabes taxeurs que de noirs tout simplement parce qu’il y a plus d’arabes que de noirs, non? Ou alors peut-être que je débloque mais là je te suis pas, vraiment pas. Bon à ta décharge, je dois avouer avoir remarquer que les arabes ont l’air de plus fumer que les noirs, ceci pourrait participer à expliquer cela…
    *Concernant toute ta présentation de “notre” culture concernant la cigarette, je dois dire avoir été assez amusé, oui tu dis certaines vérités, un peu très exagéré (beaucoup d’algériens ne se gènent pas pour taxer des clopes à leur grands frères si ceux-ci ont des rapports pas trop tendus), beaucoup fument devant leur mère.
    *”Le mot « hachak » veut dire « sauf ton respect »”
    -> il me semble que dans le mot “hachak” il y a aussi une dimension de savoir-vivre, en général on dit hachak pour les choses nocives pour la santé comme la clope, ou les choses mauvaises au sens large (tout mot grossier, ou toute chose répréhensible), perso je trouve ça bien de dire hachak pour une clope, c’est une façon de dire “bon je sais que c’est pas bien de fumer, de même que c’est pas bien de taxer, mais…”
    *j’ai bien ri en lisant que demander une clope “était une insulte” chez nous. Pour rétablir l’équilibre, sachez jeunes français agressés pour une clope que, chez nous soit on taxe pas, soit quand on le fait il n’y a alors aucun politesse, on dit clairement “donne une clope” sans aucun forule de politesse, ayant grandi en France cela me gène toujours quand au bled, un cousin m’envoie presque sèchement “arra garo!”, en France je me vois pas dire même à mon meilleur pote comme ça “donne moi une clope” aussi sèchement.
    * concernant ton classements des pays d’immigration et les raisons qui vont avec, certes il y a un peu de vrai, pour ma part je n’ai jamais entendu parler de poubelle vis-à-vis de la France mais bon c’est possible, le seul truc qui me gène un peu ici c’est le ton affirmatif que tu emploie, tu parles de ce que TU as entendu, ON a pu entendre d’autres choses…

    Maintenant le fond:
    *entre nous Aldo, ton texte, tout comme ton obsession de l’agresion à cause d’une clop semble montrer que tu as du toi-même (ou un proche) bien te faire “hagar” pour une clope, c’est le cas?
    *plus sérieusement, ta vision de l’immigration me parle, je comprends tout à fait cette vision de ces gens-là qui ont l’air pas du tout éduqués et qu’on
    tient en respect au bled à coup de grande gifle, et que tu as eu l’impression de retrouver en France. je suis profondément désolé mais là encore, même si il y a un peu de vrai, tu t’es trompé. Je ne nie pas ce phénomène (certe la France ne connaissant pas bien ce type de personnalité leur a accordé surement à tort nombre de privilèges) mais tu à l’air de tout expliquer par la génétique, il faudrait peut être que tu te rendes comptes, que nous les “beurs” (pour faire simple les français d’origine arabe) sont français à part entière, la bi-nationalité ne signifie pas qu’on est a moitié français en France et à moitié Algérien en Algérie, non il s’agit ici de définition administrative, et administrativement soit on est français soit on ne l’est pas désolé.

    Tu tégares aussi quand tu dis que la France a “choisi” les pires, crois-tu vraiment qu’elle s’est pris la peine de faire un tri? Non, selon moi, elle n’a rien trié, ils se sont retrouvés en France (et ça ça énerve les gens du bled de voir des analphabètes avoir la nationalité française) complètement mélangés aux autres algériens. Ensuite ce qu’il s’est passé c’est qu’il y a eu un mélange. En Algérie, les laitrés ne se mélangeaient pas du tout aux autres (entre nous même si je ne peux m’empecher de ressentir la même révolte que toi des fois, on est pire que snob) et une fois immigrés tout le monde s’est retrouvé dans le même sac. Tu te dis un immigré atypique, et je vais te dire, tu l’es, et tu ne peux donc pas bien comprendre l’immigration algérienne en France seulement en y ayant passé un an ou deux. Il y a une certaine culture “beur” qui s’est développée, je serais volontier d’accord pour admettre que cette culture comporte certains aspects nuls, et le taxage de clope en fait un peu partie. Et si ce taxage de clope fait partie de la culture beur c’est aussi parce que les beurs sont français et que à la base c’est très français de taxer une clope.

    Tu sembles ne pas avoir conscience que le taxage de clope ou de feu est historiquement, et ce dans beaucoup de cultures, un préambule à l’agression. Mon père s’est un jour fait agressé par des skins qui lui ont d’abord taxé une clope (il leur a donné) dans les années 80.

    C’et chiant de se faire taxer je suis d’accord, moi je dis non, ensuite si un mec veut m’agresser, ben libre à lui je me défendrais.

    Voila j’arrive à mon message principale (qui rejoint un peu le tien): pourquoi blamer le débile profond qui taxe des clopes, et qui agressent quand malgré cette débilité il a été obligé de constater que pour faire simple, les français “blancs” ont oublié comment se défendre.

    Tu vis en Angleterre non? Pour y avoir été régulierement depuis que je suis né, je peux me permettre d’affirmer que les blancs anglais, eux, savent se défendre. Tu mélnages un peu tout car en fait quand tu dis France, tu devrais vraiment dire Ile de France. En effet, l’Ile de France a une particularité: la très grande majorité des pauvres sont noirs et arabes.
    Haha, oui je sens obligé de rappeler ici que violence et situations sociales ne peuvent être décorrélées… Ceci n’excuse pas du tout cela, ceci explique juste en partie pourquoi quand tu lis la presse, tu peux avoir cette impression que seuls les noirs et arabes (ah non juste les arabes pour toi c’est vrai…) agressent pour des clopes. Va dans les campagnes françaises et tu t’appercevras peut-être que la connerie et la violence se partage très bien; les français “blancs” campagnards savent aussi bien mieux se défendre que les parisiens blancs (et ceux tout siplement car ils sont souvent issus eux-aussi de milieux populaires).

    Si ta démarche est de dire, ce sont des crétins défendez-vous merde! Je suis totalement avec toi. Si par contre tu essaies maladroitement de démontrer que cette connerie violente est d’autant plus inexcusable du fait de pseudo-vérité culturelles cocernant les pays d’origines des parents de ces débiles là je te trouve intelectuellement malhonnète. Oui, c’est un argument qu’on entend souvent “dans LEUR pays ils ne pourraient pas faire le centième de ce qu’ils se permettent ici”… Je tiens ici juste à marteler le fait que ces crétins sont complètement français n’en déplaise à toute la France, c’est un fait irréfutable qu’il va bien falloir intégrer. Oui, certains insultent la France, mais ils en ont bien le droit si c’est des français, non? Bon OK certains ne se disent pas français, alors là je suis obligé de dire 2/3 trucs:

    *dans n’importe quel collège de France, les ados s’inventent tous des origines, il y l’arabe, le portugais, l’espagnol etc… Les autres que les arabes et les noirs font souvent référence à un grand parent (arrière-grand parent des fois même) mais, c’est comme ça, quand on est enfant ça fait bien de se dire d’origine ceci ou cela. Les arabes eux, c’est différent. Pourquoi ne parles-tu JAMAIS d’un trait de caractère typiquement algérien: le complexe d’être justement un arabe. Oui souvent, nous à l’école on avait plutot tendance à ne pas crier sur les toits nos origines, mais de par notre éducation FRANCAISE, on a compris que c’était “cool” d’avoir des origines. Malheureusement pour nous, c’est après que les choses se gatent. Car tous ceux qui se disaient espagnols, italiens, etc… vont vite se rendre à l’évidence, ils ne sont pas plus espagnols que toi ou moi… Ils vont donc lacher cette revendication assez naturellement, surtout face à nous qui semblons plus différents ou éloignés qu’eux culturellement, religieusement etc…

    De plus, quand on est petit on a tous des nanas qui adorent sortir avec des blacks ou des arabes, ça poussent beaucoup de débiles à revendiquer des origines arabes ou autre d’une façon plus que ridicule. Le truc c’est que ces nanas sont très souvent celles, qui un ou deux ans plutard ont le plus grand mépris pour nous autres arabes ou noirs. Elles estiment en avoir assez chier avec ceux-là.

    Ensuite, vient le racisme de base. Après avoir été poussé à revendiquer sa particularité arabe, on nous discimine pour cette même particularité. Vient alors la colère, les gosses en ont après tout et tout le monde, ils insultent donc tout ce qu’il peuvent surtout si l’insulte touche beaucoup de gens, et étant français, le meilleur moyen d’y parvenir est sans doute d’insulter la France. Comment ne pas voir qu’un beur qui dit “nique la france”, il pourrait tout aussi bien dire “nique tout”, “nique la vie”, mais comme il a grandi dans un contexte ou on a pas arreté de parler de son “intégration”, alors qu’il est né ici tout comme son pote benoit a qui on ne songera jamais a attendre de lui quoi que ce soit, ben ca mécanique il insulte la France.

    Quand certain arguent du fait qu’ils ne pourraient pas faire ci ou ça “chez eux”, j’ai juste envie de leur dire que si ils n’avaient pas été traités comme étrangers (alors de fait français à part entière) il se comporterait mieux.

    Tous ces processus sont très répandus et constituent une partie du socle qui poussent certains jeunent à imiter d’autres imples d’esprit qui insultent juste bêtement la France.

    Je suis plus que d’accord avec toi sur certains aspects (la France a-t-elle encore un bout de couille?), mais je trouve ta vision de l’immigration très biaisée même si, c’est vrai, tu dis parfois certaines choses qui font plaisir.

    Voilà je vais m’arreter là, je mexcuse pour la taille du commentaire, mais tu n’as qu’à faire moins de vidéo lol

    Très bonne continuation

    charino


    • Bonjour Charino,

      Je me permets de réagir à votre intéressant commentaire.

      Vous écrivez « Quand certain arguent du fait qu’ils ne pourraient pas faire ci ou ça “chez eux”, j’ai juste envie de leur dire que si ils n’avaient pas été traités comme étrangers (alors de fait français à part entière) il se comporterait mieux » et « alors qu’il est né ici tout comme son pote benoit a qui on ne songera jamais a attendre de lui quoi que ce soit, ben ça mécanique il insulte la France ».

      Je comprends votre cri de révolte, et vous mettez justement le doigt sur un problème que je crois insoluble.

      Autant vous le dire avec franchise, vous ne serez jamais considérés comme des Français à part entière. On peut trouver cela injuste, on peut trouver cela normal, mais c’est ainsi. Ce n’est pas parce que vous naissez sur le sol français et que vous recevez une carte d’identité française que cela fait de vous des Français. Les Français d’origine, ceux que l’on nomme FDS (ou Français de souche) vous verront toujours majoritairement comme des intrus, des individus avec une culture étrangère sur leur sol, que vous le vouliez ou non. Ce n’est pas de la méchanceté, ce n’est pas de la haine, c’est je crois, ce que l’on pourrait nommer « l’instinct de conservation des peuples », et que l’on trouve partout dans le monde : après tout les Pieds-Noirs n’étaient-ils pas considérés comme des intrus par les Algériens de souche, et des étrangers sur leur territoire ?

      Je crois profondément que chaque peuple a cet instinct ancré en lui : faire la distinction entre « les miens » et « les autres », même si les autres en question sont nés sur leur sol et qu’ils n’ont jamais connu le pays d’origine de leurs parents. Je ne crois pas me tromper en affirmant que c’est la même chose partout ailleurs et que cet « instinct de survie » constitue une loi universelle. Prenez par exemple le cas du Japon et ses lois très restrictives sur l’immigration.

      Vous nous parlez d’un enfant africain traité différemment de son camarade Benoît, bien que né comme lui sur le sol de France. Je comprends parfaitement le sentiment de frustration de ce jeune, mais il faut voir que celui-ci, de par ses origines étrangères, est d’ores et déjà considéré comme élément allogène, alors que Benoît, baignant probablement dans une culture uniquement française, est vu comme faisant intrinsèquement partie « des miens » par le peuple français.

      On pourrait ainsi dire qu’un peuple, quel qu’il soit, est comparable à un être vivant : lorsque des corps étrangers pénètrent sur son territoire, son système immunitaire se met automatiquement en marche pour le protéger des intrus. C’est cela l’instinct de conservation, de survie, d’un peuple, et que l’on pourrait prendre pour du racisme. Il se peut que certains peuples, au cours de l’Histoire, n’aient pas développé cet instinct et aient accepté un peu tout le monde sur leurs sols, mais m’est avis que dans ce cas ils n’ont pas survécu.

      Je comprends votre amertume, et moi-même, dans votre cas, j’éprouverais sans doute la même frustration, mais vous soulignez en fait, peut-être malgré vous, le caractère ridicule, mensonger, voire criminel de toutes ces théories sur les apports positifs de l’immigration massive et du multiculturalisme, c’est-à-dire toutes ces fumisteries dangereuses promues par des instances comme l’ONU et qui prétendent que l’on peut mélanger les peuples entre eux sans conséquence aucune, et que tous les individus, malgré leurs origines, sont interchangeables.

      Bien à vous.


      • vivisansterre

        Issus de famille étrangère (européenne), nous avons connu le racisme des uns et la sympathie des autres, tout dépendait de l’individu à qui nous avions affaire. Nous n’avons agressé personnes à cause de ça car le racisme existe dans toutes les parties du monde. Certains d’entre nous ont aidé les français en prenant le maquis. On n’estime pas que les français nous doivent quelque chose à cause de notre combat. Nous avons combattu pour les droits de l’homme (une cause universelle). Nous avons été accueillis en France où nous avons pu vivre en paix même considérés comme des étrangers et nous en remercions les français pour leur accueil. Voilà !


      • vivisansterre

        Issus de famille étrangère (européenne), nous avons connu le racisme des uns et la sympathie des autres, tout dépendait de l’individu à qui nous avions affaire. Nous n’avons agressé personnes à cause de ça car le racisme existe dans toutes les parties du monde. Certains d’entre nous ont aidé les français en prenant le maquis. On n’estime pas que les français nous doivent quelque chose à cause de notre combat. Nous avons combattu pour les droits de l’homme (une cause universelle). Nous avons été accueillis en France où nous avons pu vivre en paix même considérés comme des étrangers et nous remercions les français pour leur accueil. Voilà !


    • Emmanuelle Tournois

      Contrairement aux autres, je vais faire très court: pour un français de souche, un français est quelqu’un qui aime boire un coup de rouge avec un peu de cochonnailles à l’apero. La gastronomie et le vin sont des bases primordiales de notre bien vivre ensemble.
      On ne prend jamais assez en compte l’importance des interdits alimentaires ( qui n’est pas de notre fait a nous français de souche) pour expliquer l’impossibilté de l’integration, et donc de la reconnaissance d’un immigré ou issu de, comme un français à part entière.
      Pourquoi est-on obligé de parler d’integration en parlant de quelqu’un déjà français? Parcequ’il refuse de partager notre repas avec des mimiques de dégoût.


  4. La Gaule

    @ Chiarino

    « « Je tiens ici juste à marteler le fait que ces crétins sont complètement français n’en déplaise à toute la France, c’est un fait irréfutable qu’il va bien falloir intégrer. » »

    C’est précisément cette « irréfutabilité » que de plus en plus de français –à mon avis il seront très bientôt majoritaires- que les français contestent.
    Votre texte n’est qu’une logorrhée abjecte qui reproduit tous les poncifs immigrationnistes proférés par les élites de ce pays depuis trente ans (de gauche comme de droite mais avec une prime à l’hypocrisie pour celles de gauche).
    Avec en ombre chinoise derrière, la même volonté insidieuse et écoeurante de mettre les gens devant le fait accompli : « c’est comme ça, point barre » (si vous êtes angliciste vous savez ce que voulait dire TINA dans la bouche de Mme Thatcher).
    C’est toujours la même histoire ! Qui a décidé de cette situation que nous connaissons aujourd’hui ? Qui a décidé depuis trente ans que certaines questions devaient être désormais soustraites à tout débat public ? Le patronat ? Les médias ? Les improductifs proliférants des bureaucraties territoriales, nationales, et surtout supra nationales ? Les soi-disant représentant du peuple, ceux qui confondent la non impérativité d’un mandat électif avec l’autorisation de délivrer des oukases et de s’approprier un prétendu sens de l’histoire ?
    Pas les uns moins que les autres en tout cas, et certainement pas LES français, à qui tout ce joli monde s’est bien gardé de demander quoi que ce soit pendant la même période.
    Qu’est-ce que l’on a martelé par contre –aussi bien que vous avez appris à le faire semble-t-il- AUX français ?
    Attention, petits bonhommes ! Si vous osez poser cette certaines questions qui NOUS fâchent, alors vous faites partie de CES français qui ne méritent pas de l’être, et que l’ont ne veut plus voir. Ces fachos, ces racistes, ces CRETINS qui ne méritent plus d’être ce qu’ils sont chez eux.

    Votre « irréfutabilité » je ne l’intégrerai JAMAIS, précisément parce que je me sens de plus en plus dépourvu de moi-même, et de moins en moins « français » (et encore moins « républicain », cet acte de contrition civique à l’usage du diktat mondialiste).
    L’immense erreur des zozos dans votre genre est de croire que je me résoudrai à me foutre à poil de ma mémoire pour me résoudre à n’être qu’un pion né dans un coin de l’Europe appelé la France, et qui ne se sentirait exister que par sa feuille d’impôt et un bout de carton plastifié dont tous les hôtels du pays gardent la mémoire dans leurs dossiers de grivèlerie.
    Vous, vous sentez peut-être « français », mais moi je suis « DE France » et ce n’est pas du tout la même chose.
    Je suis l’héritier d’une histoire très ancienne et d’un territoire dont je sens très bien que des forces qui me dépassent prétendent me déposséder, pour l’effacer complètement de ma propre mémoire à leur plus grand profit.
    Ce sentiment n’a rien à voir avec les identités factices qui prolifèrent actuellement (black, beur, « genré », rockeur, rappeur, gothique etc.) et qui ne sont que le prurit de la dépossession identitaire contemporaine. Non plus qu’avec des prétendues « valeurs » dites « républicaines », que je n’ai respectées jusqu’à présent que parce que le contrat social qu’elles impliquaient me paraissait équitable.
    Il ne l’est plus et j’estime ne plus rien leur devoir, à ces foutues « valeurs ».
    Rien n’est irréfutable quand il n’est plus question non plus « d’intégration » « d’assimilation » « d’insertion », mais tout simplement de conquête, d’invasion, et de chasse à l’autre, celui à qui il n’est plus question de ressembler et à qui l’on déni activement le droit d’être maître chez lui.
    Ici, il est désormais question de guerre, et les guerres se gagnent où se perdent, avec les siens et avec ses alliés, ceux qui, envers et contre tout, désirent devenir non pas des « français » mais des fils et des filles DE France.

    Quant à vos histoires rebattues de « racisme de base » ( ?), de parents martyrisés par des « skins » il y a trente ou deux mille ans (nous, on vous parle de faits odieux qui se multiplient tous les jours à travers tout le pays), et autres dérisoires constructions abstraites destinées au touche pipi de la repentance catéchumène, désolé fils, on a trop donné !

    Comme disait Ernest Renan, ce qui fait une nation au fil d’une histoire est l’existence d’un peuple, d’un territoire, et la seule volonté des gens qui composent ce peuple au sein de ce territoire de vivre ensemble, ce qui à priori rend accessoire le terme humainement incertain de « race ».
    Et comme il est dit dans un commentaire précédent, une nation est un corps vivant lequel, à ce titre, rejette ou ostracise instinctivement ce qui filtre de l’extérieur par ses frontières organiques. La culture et le droit agissent précisément comme des filtres pour maintenir un équilibre (une homéostasie) entre le corps vivant et son environnement extérieur.
    Appelez cela « racisme » si cela vous flatte, mais ne me demandez pas de me sentir flatté avec vous, et un apport exogène qui provoque l’implosion d’un corps vivant s’appelle pour moi une maladie… Ou une invasion. Un cas de conflit bien classique dans l’histoire et qui se règle aussi de manière très classique, par une victoire ou une défaite.
    Comment, par exemple, les peuples d’Algérie ont résolu leur problème exogène pour devenir une nation ? Prétendriez-vous que nous n’aurions historiquement plus « le droit » d’en faire autant ?
    Ah oui, je sais ! NOUS étions tous des colons, prolétaires et paysans oisifs qui n’avaient rien d’autre à faire qu’à se prélasser aux frais de la princesse algérienne.
    Lisez donc Jacques Marseille ou Paul Bairoch, pour mieux connaître de la « profitabilité » des colonies –surtout l’algérienne- pour l’immense majorité pauvre des français durant la période coloniale.
    Et donnez-moi donc à l’occasion une définition du « colonialisme », que je la retourne comme un gant à la trogne de ceux qui ne viennent vivre ici que des transferts sociaux, payés par tous les gens qui n’ont que leur salaire à déclarer au fic.

    Votre « démonstration » de la loi universelle du taxage de clope comme prélude à l’agression physique est tout bonnement ridicule !
    Qu’est-ce que vous voulez nous faire croire ? Qu’un noir ou un « arabe » ( ?) qui s’écarte d’un ville en France va se faire systématiquement mettre à l’amende d’une tige par un paysan raciste armé d’une fourche ?
    Vu la pusillanimité servile des journaleux de ce pays, j’ai l’impression que cela se saurait. Non ? (Ah oui ! j’ai oublié votre pauvre parent qui s’est fait tabasser par des « skins » au cours du néolithique).

    « « La France a-t-elle encore un bout de couille » » (entre autres).
    Votre texte pue le mépris et la mauvaise foi comme la merde.
    La France a surtout un appareil de propagande et de coercition qui ne rate pas une occasion d’écraser avec un certain sadisme toute velléité de ruer dans les brancards du sacro saint « vivre ensemble ».
    Dans quelle autre république bananière peut-on voir un syndicat majoritaire de magistrats afficher en guignol sur ses murs la tête d’un pauvre type, dont le seul tort civique est d’avoir dénoncé le massacre de sa fille par une raclure du sacro saint « vivre ensemble ».
    Et quand un apôtre collabo du même « vivre ensemble » (« pas de facho dans les quartiers », surtout les nôtres, les beaux quartiers des fils à bobos) se fait légitimement casser la tête par celui qu’il a agressé dans le dos, c’est sur celui-ci que le bras de la « justice » ne manque pas de se faire de plomb.
    Cela n’a rien à voir avec la pesanteur des roustons (apparemment il en avait, des couilles, l’auteur de l’upercut), et cela, il n’y a pas un type paisible réduit à raser les murs et à baisser la tête quand il dépasse l’heure du couvre feu dans le RER qui ne le sait pas.
    Le citoyen de France (les « français », les gens comme vous, je les emmerde) ne fait le gros dos que parce qu’il a conservé –à tort, je le martèle à mon tour- sa confiance dans les corps d’état chargé jadis de faire respecter le contrat social, dont la sécurité personnelle est la première des exigences.
    Le malheureux croit naïvement que l’individualisme des droits de l’homme, ces mêmes droits qui constituent la phase terminale de son histoire, lui donneront forcément raison quand ils se fera agresser à un contre trois, quatre et plus, et qu’ils lui rendront magiquement, son ouïe, son œil ou sa mobilité perdue, quand ce ne sera pas sa vie.
    L’atavisme des gens viscéralement attachés à cette terre les pousse aussi à entretenir au fond d’eux-mêmes une hantise, celle dont parlait Jacques Chirac (un con, mais un con non dépourvu de sagesse, il faut lui rendre au moins ça) lorsqu’il déclarait : « cette terre a bu trop de sang pour que l’on réveille certaines querelles ».
    Le gros dos des « sans couilles » porte aussi la mémoire de conflits terribles qui ont déchiré ce pays plus que nulle part ailleurs.
    Vos raclures (racailles est trop poli à mon goût) « stigmatisées par le racisme » et donc légitimement en droit de massacrer le passant trop blanc qui garde le nez en l’air, n’entendront sans doute jamais parler de ce qu’ont coûté en douleurs la guerre de cent ans, les cent ans des guerres de religion, ou les conflits révolutionnaires et les guerres de Vendée.
    A moins qu’ils n’en éprouvent à leur tour dans leur chair un nouvel avatar ?

    « « Comment ne pas voir qu’un beur qui dit “nique la france”, il pourrait tout aussi bien dire “nique tout”, “nique la vie”, mais comme il a grandi dans un contexte ou on a pas arreté de parler de son “intégration”, alors qu’il est né ici tout comme son pote benoit a qui on ne songera jamais a attendre de lui quoi que ce soit, ben ca mécanique il insulte la France. » »

    Et là ? Qu’est-ce que vous voulez dire ? Que le « Benoit », dont Aldo (un véritable Fils de France cet Aldo, même s’il est né et vit ailleurs) nous montre la photo, s’est fait défigurer à vie par ses « potes » parce ce que l’on avait jamais demandé à ce petit « niqué » d’être autre chose que lui-même ? (Ce dont je doute d’ailleurs).
    Ou parce que cette petite lopette n’a jamais demandé à être autre chose que ce qu’on lui avait demandé d’apprendre à être ? (Ce dont je doute aussi).

    Rien d’autre.
    A vous répondre en tout cas.
    Au vu de ce genre de propos, je n’ai vraiment pas envie de vous « comprendre » comme dirait le naïf précédent, lequel n’a jamais du sentir le fil d’un rasoir lui couper la joue.
    Le temps de la compréhension est derrière nous depuis longtemps.


  5. glock

    Merci au Gaulois qui dans le blog précédent reprend calmement et avec sincérité les termes du problème rencontré actuellement par notre société.
    Charino lui devrait postuler au remplacement de Harlem Désir, sa démonstration ressemble au bourrage de crâne imposé par nos médias.

    Et au passage, salutations à Aldo pour ses analyses pertinentes.


  6. Belle synthèse et belle aperçu pour notre futur en Europe

    On médite sur ce que sera notre vie de demain qui est déjà bien présente prêt de chez nous aujourd’hui

    Au nom de tous les Nôtres !

    Alex Harris – CLEDM


  7. Salut Aldo

    Je t’informe que je t’ai ajouté à mes liens même si tu es un alien pour nous européens. Il est toujours bien de relire à quelle sauce nous seront dépecé et mangé.

    PS: J’espère que tu es conscient que lorsque tout commencera a foirer et que la guerre civile débutera, même si tu t’es sauvé en Europe pour échapper aux aliens-criquets du bled, ici tu seras toujours considéré comme un alien venu de là-bas. Par le lien racial tu seras toujours considéré comme un d’eux et pas un des notres (blancs européens). Tu seras un de ceux d’en face contre lesquels nous devrons nous battre pour survivre.

    Telle sera notre futur et le tien où la race déterminera les alliances

    Au nom de tous les Nôtres !

    Alex Harris – CLEDM


  8. Frantisek Franta

    J e voulais répondre point par point a Chiarino , dont le charabia c’est le cas de le dire , m’insupporte au plus au point, son seul mérite est de débiter des inepties pour rester poli, cela va de la nationalité française des beurs crachant chiant pissant sur le drapeau français jusqu’à l’affirmation de sans couilles, il est immonde ce Chiarino , lequel reste en France, qu’il sache qu’un jour il va regretter ses paroles,aussi sur qu ‘ il n y à pas de champion de boxe ou de UFC ou de MMA arabe, sauf lorsqu il. A été entraîné par les français, cet individu oubli tout, le mali , le Tchad , la cote d ivoire, le Maroc, le Togo…etc la France a 19 000 soldats….c’est pas la peine de perdre son temps, ce chiarino, vaut pas mieux que les déchets de Aldo sterono.Merci la Gaule et autres comme lui, mais je doute que ce chiarino qui se dit français avec x passeports dans les poches réalise ses contradictions…
    Les sans couilles se sont ceux qui l’ont laisse entrer, ceux qui lui ont donné la nationalité française.
    Mais le jour ou la machine va se mettre en marche ,il va courrir vite….


  9. Frantisek Franta

    Chiarino, tu n ‘as aucune idée de ce qui t’attend, la Libye, l Irak,la Syrie , l ‘Égypte, l Afghanistan, le Maghreb, etc….tout cela réuni sera une plaisanterie, tu vas voir si tu as des couilles….


  10. Je suis toujours surpris que l’on prenne le temps de répondre à des Charino & Cie

    Envoyez-le seulement faire un court séjour dans une banlieue des territoires perdues de la France. Il verra bien par lui-même ce que sont les aliens-criquets venus du fin fond du bled.

    Au nom de tous les Nôtres !

    Sieg Heil !

    Alex Harris – CLEDM


  11. Yo

    Les stressés du web, arrêtez de fantasmer votre guerre de merde. Dans les rues c’est toujours les mêmes qui sont font frapper.


  12. Grant

    Il n’y a qu’une vérité simple:

    Les Africains en Afrique

    Les Européens en Europe

    Toute autre voie finira en massacre et le plus tôt il commencera, le moins de souffrances il causera.


  13. Aude

    J’ai bien ri en voyant comment Alex Harris,avec la fulgurance d’un mononeurone, remercie l’auteur…
    Ca confirme un des poncifs de gauche qui horripilent tant les néo-identitaires : on trouve des abrutis partout. Et parfois, il n’y a même pas d’explications socioculturelles qui puissent expliquer, ne serait-ce que partiellement, leurs drôles de comportements…Avec son délire d’aliens et de prophéties de guerre des races, on pourrait par contre facilement accoler à Alex Harris un diagnotic psychiatrique.

    A propos, c’est un des points troubles de l’article : l’explication socioculturelle (autour de la hagra) s’assortit soudain d’un diagnostic : “psychopathe”. Est-ce que ces agresseurs sont des malades, ou qu’ils respectent des codes sociaux différents? Est-ce qu’on parle là d’une forme de hagra qui serait amplifiée par les troubles mentaux? Est-ce qu’on fait de l’ethnopsychiatrie des banlieues? Comme ce n’est pas clairement explicité, il n’est pa

    Je trouve le fond de l’article très intéressant, et j’y retrouve certains constats que j’ai fait après plusieurs voyages au maghreb : si on ne montre pas qu’on a des limites, qu’on est capable de se défendre et de s’énerver
    mais je ne suis pas

    En tout cas, l’article est très intéressant, dommage que certaines idées, ou faits soient systématisés un peu trop hâtivement… un peu comme le relevé des résultats de google, peu significatif


    • Aude

      J’ai bien ri en voyant comment Alex Harris,avec la fulgurance d’un mononeurone, remercie l’auteur…
      Ca confirme un des poncifs de gauche qui horripilent tant les néo-identitaires : on trouve des abrutis partout. Et parfois, il n’y a même pas d’explications socioculturelles qui puissent expliquer, ne serait-ce que partiellement, leurs drôles de comportements…Avec son délire d’aliens et de prophéties de guerre des races, on pourrait par contre facilement accoler à Alex Harris un diagnotic psychiatrique.

      A propos, c’est un des points troubles de l’article : l’explication socioculturelle (autour de la hagra) s’assortit soudain d’un diagnostic : “psychopathe”. Est-ce que ces agresseurs sont des malades, ou qu’ils respectent des codes sociaux différents? Est-ce qu’on parle là d’une forme de hagra qui serait amplifiée par les troubles mentaux? Est-ce qu’on fait de l’ethnopsychiatrie des banlieues, de cette lie du maghreb que seraient les “smegri” ? ou celle des arabes en général ?
      Bref certains manques de précisions, certaines systématisations un peu hâtives, nuisent selon moi au propos de l’auteur… et nourrissent des commentaires d’oligophrènes comme Alex Harris, parmi d’autres.

      Pourtant, je trouve le fond de l’article très intéressant et comme l’auteur, je suis convaincue que la hagra et que certaines différences socioculturelles entre les maghrébins et les français gagnent à être soulignées pour comprendre les problèmes actuels d’intégration en France.
      Mais les abrutis qui chantonnent du zig heil et se croient dans Braveheart ne sont clairement pas à la hauteur du problème, qui demande en plus des “couilles”, un cerveau.

      On trouve pas mal d’anecdotes assez révélatrives dans Notes on Fieldworks in Marocco de Paul Rabinow (Un ethnologue au Maroc en version française, épuisée), un bouquin très intéressant qui en donne quelques exemples. L’auteur, en immersion à la campagne au Maroc dans les années 50, se rend compte qu’à force d’essayer d’être patient, tolérant, respectueux des us et coutumes de ses interlocuteurs, sans jamais se mettre en colère ni montrer ses limites, il se fait de plus en plus marcher sur les pieds, sans même gagner le respect ou l’estime de ses interlocuteurs marocains, qui le considère comme un faible. Il finit par exploser, en ayant l’impression de commettre une grave erreur, qui à coup sûr va empirer la situation. Or c’est cette colère qui va assainir ses rapports avec les locaux, et c’est grâce à elle qu’il se fera respecter.

      Ce n’est qu’une anecdote, mais il me semble qu’elle est révélatrice d’une différence de mentalité, qui m’a frappé au maghreb dans la vie de tous les jours, dans la circulation automobile, dans les relations de commerces (même pour acheter du pain), où il faut sans cesse gagner le respect, montrer qu’on ne se laisse pas marcher sur les pieds, tandis qu’en France, pour que les choses se passent au mieux, il vaut mieux se montrer poli et discret…en tout cas c’est qu’on apprend aux enfants.

      Au niveau sociétal en France, il me semble que cette divergence de mentalité se cristallise autour de la notion de tolérance qui pose problème sans aucun doute parce qu’elle ne signifie pas la même chose pour tous…

      Cependant, plutôt que de creuser le problème, certains préfèrent commenter en vrais petits djihadistes français, incapables de comprendre ce qu’on leur donne à lire, prêts à prendre les armes qu’un sang impur abreuve leurs sillons, refusant même de comprendre : “le temps de la compréhension est derrière nous”, voilà une phrase bien révélatrice. Comprendre un phénomène, ce n’est pas synonyme de l’accepter, en outre c’est nécessaire pour y répondre efficacement.
      Ils écrivent les mêmes bêtises sous n’importe quel article, comme s’ils étaient incapables d’en tirer des informations…pas plus capable d’évolution, d’adaptation, de prise en compte du contexte que les agresseurs dont il est question.


  14. Tribuliste

    Fumeur ou pas ( ^^ ) un Arabe bien éduqué, tenu par ses parents dans l’adolescence et ayant suivi un cursus minimum qui l’aura structuré, développant son intelligence vaut largement un français de même facture.

    Nos racailles sont le fruit d’un défaut d’éducation et d’une abscence de fermeté des pouvoirs publics.

    Tout jeune recadré après une connerie et extirpé de l’emprise de ses potes nuisants a de fortes chances d’ouvrir doucement les yeux et passer à autre chose pour développer sa vie.


  15. greg

    Sincèrement, Aldo, je ne donne pas de cigarette et je massacre le type que tu me décris. Crois-moi, je peux.


  16. Marc

    Hmm… Le demande de cigarette… L’étape décisive de l’agression. Comment un sous-être, une raclure, un abruti, peut, en comprendre le fonctionnement. la démarche… Il ne peut pas. Il imite. C’est tout. Son objectif. ÉCLATER QUELQU’UN ! Et en plus avoir des clopes… En tous les cas, belle analyse. Oui.


  17. Laure

    Merci pour cet article très éclairant sur ces phénomènes qui sont quand de l’ordre de l’absurde pour les Français.
    Cependant, je ne suis pas d’accord avec la conclusion : si un de ces déchets me demande une cigarette, je vais lui faire ravaler son insulte et le défoncer sur place. Ici c’est mon pays, et il va falloir qu’il apprenne la soumission.



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *