Operation Tea For Two
Operation



BILLETS

January 11, 2013

Article pour Enfants : Pourquoi les Roues Sont Carrées

More articles by »
Written by: admin
Tags: , ,

Il y a très longtemps, les humains portaient leurs fardeaux sur leur dos. Transporter du bois, des fruits ou de l’eau étaient des taches pénibles et qui prenaient beaucoup de temps.

Les gens étaient prêts à payer pour toute solution qui leur rende la vie plus facile. Dans la ville, il y avait deux inventeurs qui cherchaient à créer la charrette la plus efficace et la plus rapide. L’inventeur qui vivait dans la maison bleue passait ses jours à observer la nature pour voir comment les insectes roulaient des objets très lourds qu’ils voulaient déplacer d’un endroit à l’autre. La nuit, cet inventeur réalisait des dessins de systèmes qu’il rejetait l’un après l’autre. Il se sentait proche d’une solution mais n’arrivait pas à la saisir encore.

Dans une autre maison, la rouge, vivait un autre inventeur. En fait, ce n’était pas un inventeur mais c’est ainsi qu’il se présentait. Chez-lui, il y avait toujours des fêtes où assistaient le roi et ses proches. Jusqu’au bout de la nuit, ils dansaient, mangeaient et des musiciens se succédaient pour les amuser.

Un jour, l’inventeur de la maison bleue posa une orange sur sa table, qui était inclinée, et vit le fruit rouler sans effort ! Il refit plusieurs fois la même expérience puis l’améliora. Muni d’un couteau, il coupa une épaisse rondelle dans l’orange et la fit rouler avec facilité. Eureka ! Dès années de travail venaient de le récompenser avec une idée géniale : une roue circulaire. Sans perdre de temps, il dessina un charrette avec une roue à chaque coin puis s’enferma dans son atelier. Pendant plusieurs jours, il travailla à donner vie à son idée.

Quand il sortit sa charrette dans la ville, il posa dessus l’équivalent d’une récolte de blé et des gens de tout le pays venaient constater comment c’était facile à un seul cheval de la tirer à travers les ruelles. Les commandes pleuvaient. Tout le monde voulait sa charrette avec roues circulaires.

L’inventeur de la maison rouge voulait aussi sa part. Rapidement, il fabriqua une charrette. Comme il n’avait pas d’idées, il coupa des carrés en bois et décida que ça serait les roues. Quand il mit son invention dehors, il devint vite la risée de la population. Dix chevaux attelés avaient de la peine à faire avancer la charrette. Les roues carrées ne tournaient pas, mais glissaient péniblement sur le sol. Par fois, elles tournaient en secouant et cassant la marchandise transportée.

Honteux, il se rendit au château pour demander de l’aide à ses amis proches du roi. Dès le lendemain, une nouvelle décision tomba. Le roi allait subventionner toutes les charrettes à roues carrées. Chaque sujet qui en achèterait une allait recevoir dix pièces d’or. En même temps, les roues circulaires ont été considérées comme dangereuses. Elles permettent d’aller vite et peuvent causer des accidents. D’ailleurs, on trouva vite un ivrogne qui témoigna que – d’après ses souvenirs – une roue circulaire était passée sur son pied et lui avait fait mal aux orteils. Plein de voix s’élevèrent pour dire que les roues carrées font plus mal encore quand elles tombent sur les pieds et qu’elles exigent plus de bêtes pour les tirer. Mais le roi était têtu et voulait aider son ami à tout prix.

Malgré l’aide proposée, les gens n’achetaient pas les roues carrées. Le roi résolut d’aller plus loin et décida de taxer les roues circulaires. Chaque personne qui voulait en acheter devait payer cent pièces  d’or au château.

Les gens n’eurent plus le choix. Ils se mirent tous aux roues carrées. L’inventeur habitant la maison bleue fit ses bagages et partit au loin. Et c’est ainsi qu’on n’inventa pas la montre, la voiture, le train, l’avion…

Ah non ! Attendez ! On a des montres, des voitures, des trains et des avions ! C’était parce que nos ancêtres ont toujours choisi et laissé choisir les solutions les plus simples, les plus ingénieuses et les plus efficaces. Jamais ils n’ont artificiellement financé de mauvaises solutions qui étaient condamnées d’avance. Ceci nous aurait privés de plein de bonnes choses aujourd’hui.

Par contre, nous-mêmes, nous privons les générations futures d’inventions géniales pour eux en intervenant artificiellement pour définir par des subventions ou des taxes ce qui est bien et ce qui est mal.






 
 

 

Comment je Suis Devenu POUR la Peine de Mort

Durant très longtemps dans ma vie, j’ai été contre la peine de mort. Cette position me semblait juste, logique et évidente. Je ne pouvais pas comprendre comment l’Etat s’arroge le droit de tuer une personne au nom de ...
by admin
28

 
 

Nouvelle Definition de l’Esclavagisme

Definition choquante de l’esclavagisme
by admin
7

 

 

Le Sermon du Vendredi : la France et la Somme de Toutes les Conneries

Et ça vient d’un journal de gauche ! Le Monde publie un sondage selon lequel 74% des Français trouvent que l’Islam est intolérant et incompatible avec leurs valeurs sociales. Nom d’un petit bonhomme ! Moi qui croyais...
by admin
16

 


 

Billet du Vendredi: La Couche d’Ozone, H1N1, Réchauffement Climatique et Autres Arnaques

Je vous le dis depuis longtemps maintenant: l’Occident est entré dans l’Age de l’Hystérie. Si vous observez un peu, on ne fait que de passer d’un mensonge à l’autre. Ces délires façonnent l...
by admin
7

 



4 Comments


  1. Haucourt

    Excellent.


  2. florent

    Cet article est complètement biaisé, inexact et en aucun cas juste.
    Vous “démontrez” via cet article que la dérégulation de l’économie permettra le bien commun, il s’agit donc de laisser libre le marché sans aucune taxe ou incitation financière.

    A votre avis quel en serai le résultat ?

    Allez je vous aide: délocalisation car il est interessant de faire produire ailleurs moins cher, pollution des ressources à outrances car non sanctionné, exploitation car pas de code du travail, esclavage, licenciements à tout va…


  3. Lebon

    @florent

    L’article ne sous entends aucunement qu’on ait le libre échange avec le pays voisin. On peut défendre le principe de libre concurrence à l’intérieur d’un espace homogène, sans vouloir un libre échange mondial sans taxes.


  4. jamac

    @Lebon et @florent
    La conclusion n’est pas bonne. Ce ne sont pas les subventions ou l’orientation de l’économie qu’il faut dénoncer mais la corruption. Pas besoin de l’intervention de l’état pour fausser le marché. Les grands groupes entèrent aussi les bonnes solutions pour nous forcer à utiliser les leurs.



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *